Dora, de l’abandon à la médaille - lebergerallemand.fr

Dora, de l’abandon à la médaille

À seulement 8 ans, elle pourra à la fin de l’année faire-valoir son droit à la retraite. Sauf que son maître Olivier a bien envie de prolonger leur incroyable aventure : celle d’un policier et de sa chienne au sacré flair qui vient d’être épinglée pour acte de courage et de dévouement.

Quand on est un jeune garçon, dans la cour de récréation de son école, on imagine parfois que l’on sera un jour policier en train de courir après les voleurs. Ce rêve devient plus tard, pour certains, réalité. Dora, elle, ne s’est certainement pas posée cette question. Surtout qu’après sa naissance, elle a été simplement adoptée pour être chien de compagnie. Mais la vie de cette femelle berger allemand a basculé à l’aube de sa majorité… canine (à environ 18 mois), quand elle a été abandonnée par ses premiers maîtres à la SPA (Société protectrice des animaux) de Boulogne-sur-Mer.

Elle n’y est cependant pas restée longtemps. Et c’est une famille particulière qui l’a récupérée, au Centre national de formation des unités cynotechniques (CNFUC), celle de la police nationale. Après trois mois de tests en tout genre, Dora a fait sa valise direction Mulhouse où elle a intégré la brigade canine du commissariat central de Mulhouse en tant que « chien stups ». Car ce que Dora aime plus que tout, c’est jouer et renifler partout.

À Mulhouse, elle va surtout faire la connaissance d’un nouveau maître… pour la vie. Même si elle est destinée à travailler, une relation particulière va naître entre elle et Olivier Clerc, brigadier au commissariat de Mulhouse. « Quand elle est arrivée au chenil en 2010, j’étais simple assistant , lance-t-il. Mais j’ai passé mon examen de conducteur de chiens stupéfiants avec elle. Et franchement, elle m’a vraiment facilité le travail. Depuis, on ne s’est plus quitté. »

Ensemble, ils ont décidé de parfaire leur formation en se lançant dans la découverte des billets de banque et parfois de pièces de monnaie. « On est reparti trois mois en formation au début de l’année 2012, se souvient Olivier. Cela a été assez facile, car Dora est vraiment une chienne épatante et très joueuse. »

Et ce duo a, depuis 2012, multiplié les belles prises : Dora a notamment retrouvé 60 kg de résine de cannabis et d’herbe, 8 kg d’héroïne, 4 kg de cocaïne, 176 000 € en billets et une quinzaine d’armes à feu (qui sentaient la résine de cannabis).

Pour être un bon chien renifleur, il faut avant tout aimer le jeu. « C’est la base de notre travail, sourit Olivier. On joue… » Un jeu qui consiste donc à trouver des produits stupéfiants ou des billets. Un jeu qui peut parfois être très long. « Il faut faire attention à ce qu’elle ne tourne pas à un endroit trop longtemps, explique le maître. Et c’est là que l’on intervient. Il faut savoir arrêter une recherche et faire autre chose pendant 15 minutes : jouer, se promener, sentir d’autres odeurs… Après, on peut repartir de plus belle. »

Au fil du temps, ce duo est devenu un trio puis un quatuor. Le premier à être rentré dans la boucle, c’est Fabrice, quand il est devenu l’assistant d’Olivier. « Elle m’a tout de suite accepté, remarque-t-il. C’est rare. » Puis Fabrice est passé conducteur et Enya, une berger belge « stups », est venue gonfler les rangs. « Elles s’entendent vraiment bien, ça aussi ce n’est pas toujours évident » , sourient les deux maîtres.

Mais l’aventure de Dora ne s’arrête pas là. Car le soir, depuis longtemps maintenant, ce n’est pas au chenil qu’elle passe ses nuits mais… chez Olivier, aux côtés de sa femme. Et le brigadier a déjà prévenu sa hiérarchie : si Dora ne rempile pas à la fin de l’année, sa retraite se passera chez lui - enfin chez elle - entourée de toute sa famille « et, peut-être, du nouveau chien que l’on m’affectera. Enfin, si ce dernier le veut bien sinon il devra rester au chenil car Dora ne nous quittera pas ».

Source lalsace.fr

(Aucun commentaire)
Ajouter un commentaire