Daika chez 30 millions d'amis - lebergerallemand.fr

Daika chez 30 millions d'amis

La mascotte des gardes-frontière genevois a été repérée par la productrice de la célèbre émission française qui va consacrer, à elle et à ses petits camarades canins, un reportage.

Tout est parti d’un article de «20 minutes» annonçant l’arrivée de Daïka dans l’équipe des gardes-frontière genevois. Séduite par la bouille de ce berger allemand, âgé d’à peine 3 mois à l’époque, Reha Kutlu-Hutin, productrice de «30 millions d’amis» (émission à l’antenne depuis 1976), décide de monter un projet pour rendre hommage à ces animaux qui font «un travail fantastique»: «On a eu Mabrouk, Mabrouk Junior et Mabrouka comme mascottes, tous des bergers allemands. On a trouvé très mignon d’en avoir une nouvelle avec Daïka.»

La veuve de Jean-Pierre Hutin, fondateur de l'émission en 1976, a donc contacté Michel Bachar, porte-parole des gardes-frontière, pour lui proposer de consacrer un reportage sur la jeune chienne.

Daïka va bientôt avoir 7 mois. Elle poursuit une formation de deux ans aux côtés de sa maîtresse, Sabrina, pour être plus tard une spécialiste de la recherche de produits stupéfiants et de personnes ayant pris la fuite. L'entraînement est loin d'être facile et les sessions de travail sont quotidiennes.

daika berger allemand


Une plongée au coeur de la brigade

Sabrina utilise un boudin en tissu imprégné des odeurs que la chienne devra retrouver sur le terrain une fois formée. Ce boudin est pris comme un jouet par l'animal. Plus ce dernier a un caractère joueur, plus il deviendra bon dans les tâches qui lui seront confiées.

«Nous avons consacré beaucoup de sujets sur la ­Suisse, notamment avec les pompiers genevois», continue Reha Kutlu-Hutin. L’émission, dont la diffusion est prévue pour le printemps, sera ainsi l’occasion de suivre tous les chiens de la brigade des gardes-frontière dans leurs différentes tâches.

Daïka a été utilisée par les gardes-frontière pour une campagne de promotion de leur métier l'automne passé. Le succès a été immédiat et a dépassé toutes les espérances, a souligné Michel Bachar. Avant la campagne, le site Facebook des gardes-frontière genevois comptait 565 abonnés. Aujourd'hui, ce nombre s'élève à 2330.

daika berger allemand


En plein dans la cible

Ceux qui aiment le plus l'histoire du jeune berger allemand sont les Zurichois et la tranche d'âge des 25-35 ans. «Nous sommes parfaitement dans le public que nous voulons cibler», a souligné Michel Bachar. Sur Google, il suffit de taper le nom de Daïka pour qu'apparaisse immédiatement accolé à lui celui des gardes-frontière.

Michel Bachar ne compte plus le nombre d'articles publié sur la jeune chienne dans la presse suisse et de France voisine. Les grandes affiches où apparaît Daïka se sont littéralement arrachées. Celles qui étaient placardées aux postes de douane ont disparu et il n'en reste plus qu'une à Pierre-à-Bochet (GE), protégée par une vitre.

Cette campagne de promotion du tonnerre n'est ironiquement pas le fruit d'une quelconque société de communication. «L'idée d'utiliser un jeune chien en formation pour vendre le métier de garde-frontière provient de l'un de nos collaborateurs», a noté Michel Bachar. La Confédération a ainsi pu faire 100'000 francs suisses d'économies.

daika berger allemand

Source 20min.ch

(Aucun commentaire)
Ajouter un commentaire