La saga d'un chien star : Rintintin - lebergerallemand.fr

La saga d'un chien star : Rintintin

Hommage à l’une des sagas les plus anciennes, celle d’un berger allemand qui – depuis près d’un siècle – s’illustre au cinéma, à la télévision et en bandes dessinées: Rintintin.

Souvenez-vous de Rusty, ce jeune garçon promu caporal au 101ème de cavalerie de Fort Apache, et qui, dans l’Arizona du XIXe siècle, vivait des aventures trépidantes, parfois périlleuses, toujours accompagné de son chien.

rintintin

L’origine de cette saga se situe en France, à la mi-septembre 1918, du côté de la Lorraine. Dans les décombres d’un immeuble bombardé, le major Lee Duncan découvre le corps sans vie d’une chienne entourée de cinq chiots, bien vivants mais affamés. Touché par cette scène l’Américain en prend deux. Les trois autres seront pris en charge par d’autres soldats. Les petits protégés de Lee Duncan reprennent du poil de la bête et répondent dorénavant aux noms de Rintintin, pour le mâle, et Nénette, pour la femelle. Malheureusement cette dernière succombera peu de temps après le retour de son maître en Californie.

Au début des année 20, Duncan tente de vendre un scénario – incorporant son chien – à des studios hollywoodiens. En vain, jusqu’au jour où, sur un tournage, il propose de remplacer un loup capricieux par son berger allemand. A sa sortie en 1922, le film «Man from Hell's River» connaît un énorme succès et, du jour au lendemain, Rintintin devient une véritable vedette. 
Jusqu’à son décès – en août 1932 – Rintintin va se retrouver au générique de près de trente films de la Warner Bros, dont de nombreux westerns. Et si Lee Duncan ramène la dépouille de son chien en France pour lui offrir une sépulture au cimetière animalier d’Asnières, la saga de Rintintin ne s’arrête pas là.

rintintin


Duncan est mort le 20 Septembre 1960, 
mais sa lignée et l'héritage de Rin Tin Tin
étaient entre de bonnes mains.

Par la suite, Lee Duncan prendra soins de dresser d’autres chiots, tous issus de la lignée du premier Rintintin. C’est ainsi que quelques années plus tard, c’est Rintintin IV qui connaît la gloire grâce à la série télévisée imaginée par Lee Duncan et diffusée sur la chaîne ABC. Entre 1954 à 1959, ce ne sont pas moins de 164 épisodes de 25 minutes – en noir et blanc – qui seront tournés avec, dans les rôles principaux, Lee Aaker (Rusty) et Jim L. Brown (Rip Masters).
Un long métrage avec les mêmes acteurs sera également projeté dans les salles en 1957. Il est certain que ceux qui ont suivi les cinq saisons du feuilleton Rintintin, diffusé à partir de janvier 1960 sur la RTF (seule chaine française de l’époque), se souviennent encore des «you-hou Rintintin !», scandés par Rusty pour lancer son chien dans l’action.

Succès oblige, la série Rintintin fut également déclinée en bande dessinée dès 1954. En France, le mensuel «Rintintin et Rusty» est publiée par Sagédition à partir de 1960. Mais alors qu’aux Etats-Unis la série s’arrête après seulement 38 épisodes, en France elle connaît un véritable succès avec des tirages allant jusqu’à 130000 exemplaires. Alimentée par des dizaines d’épisodes spécialement créés pour l’édition française, le mensuel sera publié jusqu’en 1985. A noter que tous ces magazines sont aujourd’hui des collectors très prisés des amateurs de BD dit «petits formats».

(Aucun commentaire)
Ajouter un commentaire