Billy, chien enquêteur, médaillé de la Défense nationale par la gendarmerie - lebergerallemand.fr

Billy, chien enquêteur, médaillé de la Défense nationale par la gendarmerie

C'est bien plus qu'une mascotte de la compagnie de gendarmerie d'Orthez. C'en est l'un des membres à part entière. Et même sur quatre pattes, il joue son rôle, et il le joue bien.



Pour preuve hier, après avoir déjà reçu deux lettres de félicitations, le chien Billy, un berger allemand de 6 ans, a été décoré de la médaille de la Défense nationale, échelon bronze, par le commandant Aude Cousinier, pour qui ce fut une expérience " étrange " d'épingler ainsi un animal. "Mais c'est mérité", souligne-t-elle.

Le toutou se voit en effet récompensé pour son excellent travail de pistage en 2012 sur plusieurs enquêtes. Et pour avoir aidé à retrouver cinq personnes signalées disparues. Ce qui porte à dix le nombre de ses succès depuis juillet 2009 et son arrivée à Orthez.
 

Félicité hier par les gendarmes orthéziens, par de nombreuses caresses sur son splendide pelage ébène et feu, et un peu plus tôt par quelques os bien alléchants dans sa gamelle, Billy est resté très modeste. Et sait que cette médaille il la partage avec Didier Cabanac, qu'il n'a pas quitté du regard hier avec ses deux billes ambrées. Avec ce gendarme, il forme un duo très spécial et indissociable.

Pourtant, Billy ne voyait peut-être pas sa vie de chien comme celle-là. Etre gendarme n'était pas sa vocation. Né dans un chenil de l'Allier le 9 octobre 2006, il s'adonne surtout dans sa jeunesse à du "ring", une activité sportive pour toutou qui se développe de plus en plus. Déjà, Billy montre des aptitudes physiques puisqu'il se retrouve classé. Bientôt, son éleveur, au regard de ces capacités, décide de le proposer à la gendarmerie.

Après des tests concluants, le berger allemand intègre le fameux Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat, dans le Lot. C'est là que se fait la rencontre avec le gendarme Cabanac, volontaire et choisi pour Billy, après étude de son profil. Aussitôt, l'homme et l'animal s'apprivoisent l'un l'autre, "on est en symbiose." Naît une grande relation "de confiance, d'amitié et même d'amour" ose le militaire, "c'est un partenaire de travail mais aussi un compagnon de tous les jours. "

Le quotidien justement : Billy n'est pas "un chien de canapé." Il travaille 4 heures par jour pour s'entraîner à retrouver des personnes. Sa truffe hors pair est ainsi exercée en permanence par des jeux et des défis que lui invente son maître.

Il a aussi une excellente condition physique et un "gros mordant." On peut régulièrement croiser le binôme se dégourdir jambes et pattes autour du proche lac de l'Y. Aujourd'hui, Didier Cabanac passe davantage de temps avec Billy qu'avec ses collègues " humains". Techniquement, il est le seul à pouvoir le faire travailler.

Question discipline, elle est toute militaire : le toutou du Psig, 38 kg sur la balance, obéit au doigt et à l'oeil, sans un aboiement. Reste que Billy, dans son chenil 4 étoiles de 15m2 à la caserne, craque souvent au péché de la gourmandise. Si le rata habituel s'avère être des croquettes, le berger allemand a le droit, en guise de récompense, à quelques friandises, "du gruyère, de la viande rouge, mais aussi ce qu'il aime le plus : le salami " sourit le gendarme Cabanac.

Par contre, malgré (ou à cause) de son caractère dominant, Billy est célibataire. Et fait ceinture. Dans trois ans, quand l'heure de la retraite sonnera, il songera peut-être à sa descendance. D'ici là, bien d'autres missions l'attendent, en Béarn comme sous d'autres latitudes.

le-chien-billy-et-son-maitre-didier-cabanac.jpg

(Aucun commentaire)
Ajouter un commentaire